Station météo amateur à Pexiora Aude (FRANCE)

La station météo et ses capteurs permettent de mesurer :

  • la température (en °Fahrenheit ou °Celsius)
  • l’humidité relative (en %)
  • la pluviométrie de la dernière heure, des dernières 24h et de la pluie totale (en mm ou en inch)
  • la vitesse du vent (en nœuds, en km/h, en m/s ou en Beaufort)
  • la direction du vent (en °)
  • la pression atmosphérique absolue (en hPa ou inHg)


  • À partir de ces mesures, il est possible de calculer:

  • la pression atmosphérique relative (en hPa ou inHg)
  • La pression atmosphérique absolue indique la pression mesurée en temps réel et en fonction de la localisation. La pression atmosphérique relative est une valeur calculée à partir du niveau de la mer par rapport à la localisation. Cette valeur est significative en terme de tendance météo pour l’ensemble du pays, et peut être calculée afin de correspondre au strict besoin local grâce à la formule suivante:

    Pression relative = Pression absolue + (altitude / 8.3)

    Les pressions diffusées par les supports médiatiques (presse, TV, radio), sont les pressions atmosphériques relatives.

  • le point de rosée (en °Fahrenheit ou °Celsius)
  • Le point de rosée ou température de rosée est une donnée météorologique calculée à partir de la pression et la température : c’est la température à laquelle, tout en gardant inchangées les conditions barométriques courantes, l’air devient saturé de vapeur d’eau. Elle peut aussi être définie comme la température à laquelle la pression de vapeur serait égale à la pression de vapeur saturante. C’est le phénomène de condensation, qui survient lorsque le point de rosée est atteint, qui créé les nuages, la brume et la rosée en météorologie. Quand le point de rosée est en valeur négative, les retombées se feront sous forme de givre ou de neige.

  • le windchill ou température ressentie (en °Fahrenheit ou °Celsius)
  • Le windchill correspond à une température fictive ressentie par le corps. Cet indice est calculé en fonction de la température et la vitesse du vent. Le windchill est utilisé pour déterminer une sensation de froid, donc d’inconfort et est considéré comme un facteur essentiel pour prévoir les risques de gelures et d’hypothermie. En effet quand il fait froid la chaleur produite par notre corps créé une couche de molécules d’air chaude et isolante qui nous protège temporairement. Lorsque le vent souffle, cette chaleur en surface est immédiatement balayée et n’a donc plus aucun effet; le corps continue à produire de la chaleur jusqu’à épuisement des ressources énergétiques. Dans les cas les plus critiques (vent fort, température froide), et si l’individu n’est pas suffisamment habillé, le risque de gelure des extrémités du corps et d’hypothermie est multiplié.

  • la température apparente (en °Fahrenheit ou °Celsius)
  • Comme le windchill, la température apparente correspond à une température fictive ressentie par le corps. Cet indice est calculé en fonction de la température, du taux d’humidité, de la vitesse du vent et du rayonnement. 2 formules de calcul existent: une avec le rayonnement, une sans le rayonnement. La formule utilisée est celle sans le rayonnement.

  • le heat index ou indice de chaleur (en °Fahrenheit ou °Celsius)
  • Le heat index est calculé en fonction de la température et de l’humidité. Il est utilisé pour donner une sensation d’inconfort due à une température et une humidité élevées. En effet, le corps évacue une grande partie de son excès de chaleur grâce au mécanisme de la transpiration. Hors, lorsque le taux d’humidité dans l’air est élevé, la sueur reste sur notre peau et on se sent collant. C’est une sensation désagréable d’autant plus que nous ressentons encore plus la chaleur. En France, on emploie souvent le terme "il fait lourd". Le heat index permet d’évaluer en partie les risques de coup de chaleur, d’insolation, également de déshydratation.

    Ce site est compatible avec Iphone, Internet Explorer, Firefox, Chrome et Safari.